mercredi 3 octobre 2012

Des films qui marquent...

Je n’ai jamais regardé autant de films que depuis que je suis ici… C’est que ma colloc S. est toujours partante pour une séance impromptue!


Habiter Melbourne est un bonheur pour les cinéphiles, puisque chaque semaine, on trouve un type de festival du film différent : russe, anime japonais, italien, film environnemental, j'en passe et des meilleurs… Le seul inconvénient est le prix exorbitant d’une place de ciné, de 15 à 25$ (imax) pour une place adulte! Récemment s’est tenu le festival du film coréen et nous avons donc décidé d’organiser un festival alternatif à la maison. Résultat : 10 films coréens en 10 jours, et de très belles découvertes en prime!

Depuis, on réfléchit au thème de notre prochain festival ciné… Mais en attendant nous faisons de magnifiques découvertes, comme « Departures » (film japonais de Yôjirô Takita, lauréat de l’oscar du meilleur film étranger) ou encore « Mary and Max » (film d’animation australien d’Adam Elliot se déroulant à Melbourne et New York). 

  C’est le genre de film sur lequel on tombe par hasard, et qui nous prend au cœur et aux tripes sans que l’on s’y attende. C’est le genre de film qui nous émeut, qui nous secoue, qui nous fait rire et pleurer… Le genre de film qui capture certaines émotions si parfaitement et de manière si saisissante qu’il nous touche d’une façon puissante et totalement imprévisible. Ce sont des films dramatiques abordant des thèmes sensibles mais universels, et pourtant, leur fin nous rend toujours calmes et sereins. Et c’est un sentiment qui reste en nous longtemps après la fin du film… 

 
Je me rappelle de quelques autres films qui m’ont émue comme ceux-là l’ont fait et qui m’ont fait ressentir le même genre d’émotions :
- Das Leben Der Anderen (La vie des autres) de Florian Henckel von Donnersmarck (Allemagne)
- Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet (France)
- Joyeux Noel de Christian Carion (France)
- La vita è bella (La vie est belle) de Roberto Begnini (Italie)
- La vie est un miracle d'Emir Kusturica 
- Diarios de motocicleta (Carnets de voyages) de Walter Salles (div., VO espagnol)
- Locataires de Kim Ki-Duk (Corée)
- Little Miss Sunshine de J.Dayton/ V. Faris (Etats-Unis)
- Tokyo Godfathers de Satoshi Kon (Japon)
- Les films de Radu Mihaileanu : Train de vie / Vas, vis et deviens / Le concert

Et pour finir, un superbe morceau issu de la bande originale de Mary & Max : Perpetuum Mobile par Penguin Café Orchestra

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire